AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Temps mort

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
yotuwan

avatar

Nombre de messages : 27
Age : 30
Localisation : Valence, France
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Temps mort   Dim 26 Nov - 8:22

claren a écrit:
Pourquoi se sentir choqué par des propos sur Dieu je pourrais me sentir aussi choqué par l’age des gens du forum.
Je croie en Dieu et fugitif aussi et je pense qu’il intervient aussi pour toi qui ne crois pas en lui.
Sans morale pour moi sans envie particulière de t’imposer ma façon de croire. j’aime bien ton impertinence et ta façon de t’exprimer.


+1 sur ce point-là, je pense exactement comme toi...

je crois en Dieu, et pour moi, je ne me sens pas vexé si les autres ne pensent pas comme moi. mais faut respecter les croyances des autres..c'est tout...


la pensée c'est comme l'art, c'est tellement vaste comme domaine qu'il vaut mieux les respecter, sinon, on peut avoir des problèmes...
Revenir en haut Aller en bas
http://artattention.canalblog.com/
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Un PEU VEXÉ   Dim 26 Nov - 20:08

jJe suis un peu ambarassé voire vexé que cette converse se passe surma rubrique poème:oops: ????Prenez pas la mouche par les ai;erons d ela demoiselle Élysa qui après mure réflexion de ma part de fugitives routes diverses ne pense pas qu'elle a voulu se moquer de Dieu, elle n'y croît pas et je saisis son point de vue car j'étais comme ça avant mon changement intérieur... La foi ne peut se discuter ni s'intégrer de force, il y a plein d'athées ou de gens qui ont un Dieu mais qu'ils nomment autrement comme en exemple Allah Bouddha, Mahomet, Jéhovaw et j,en oublie, j'essaie pas d'imposer le nom de ma croyance mais par contre j'ai le plein droit d eliberté d'expression d'en causer tout sans fanatisme ou qui mieux mieuxparce que je crois ou crois pas et bla bla patati patata flute de pan me voilà paon...
cheers cheers
BON ALORS la bande de poètes revenons à nos moutons sans s,écorcher les vermillons...

tongue tongue

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.


Dernière édition par le Dim 26 Nov - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Poésie   Dim 26 Nov - 20:16

Poésie

Poésie
Sans mépris
Poésie
Sans mots aigris
Poésie
Sans s'écorcher
Poésie
Avec Amour
De toute cette vie
Bien autour
ben je vous l,avoue j,ai cinq jours sans boucane et peu importe le moyen j,y suis arrivé etdans mon cas c'est miraculeux ou phénoménal comme bon vous semble et sy vous plaît pas de xcontroverse ni discussion théologique ça me brime l,inspiration ....lol!
à chacun sa liogne de pensée et en causer n,est pas un crime emais une libertéééééééé!!!!!!!!!!!!!

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
mistyblues
Admin


Nombre de messages : 100
Localisation : Les Vallées de Neptune
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: Les Acolytes   Dim 26 Nov - 21:32

Les Acolytes


Par un chemin étroit
Parsemé de ronces
Aux multifleurs agrémentées
D'épines et de renonculées
Vilaines et disloquées

Les poètes en leurs mots s'enfoncent
Et savent chagriner pantois
Les historiques narquois
Les poètes ainsi nés
À l'âme boursoufflée de tendreté
Savent vagabonder leurs idées

Sur des papiers parchemin
Souvent mal lus ou captés en leurs écrins
Mystérieusement irradiés
À chacun sa conception d'un Dieu sublimé

Une route magnfique
Sentiers de poésie aux sonorités
Sans courses épiques mystiques
Tracés pour ces poètes acolytes nés
Aux talents magiques

Multidimentionnels
Puérils poètes dont le divin Essentiel
Étoile bleue en panoplie scénique
À chacun son parler franc
Sa philosophie symphonique
Ou sa croyance de vie ératique

Martelant sans compter les ans
De celui qui aime la rime autant
Et sait adoucir magnifiquement
Les bavures du temps

La différente vie en poésie
Et ses étonnants raccourcis
Dont chaque matin est sursis
Puisque demain cet incertain euphorique
Peut nous jouer la gamme en quelques Si
De travers en cercle anarchique
Plus ou moins certains en claire octavie

Le poète inné en soi
Devient le transmetteur réflexe
D'amour et d'idéologies en surmoi
Disparates mais connexes
Parfois en déstabilisant le Moi
De quelques lecteurs perplexes
Et impuissants à capturer ses émois

En accentuant la sentation
Des littéraires fibres en milliers d'émotions
Aux coloris et aux son ancestral
Indubitablement en accords du cortex
Touchant de ses libidinales flèches le noyau central
Que l'on nomme soul âme ou psyché
À nous acolytes de sans cesse notre feu animer
En fulgurant brasier
Dans un but ultime de nous mieux aimer



À vous cher Fugitif... Oui en effet voilà un contretemps sur votre rubrique...

_________________
cat


Dernière édition par le Dim 3 Déc - 2:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/mistyblues444470
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Songe Diurne   Dim 3 Déc - 1:21

Songe Diurne


Une falaise
Un malaise
Autres parenthèses
Posées en Fa Diez
Méditant sur les petits acrostiches
Des entrechats pastiches

Sur le serment ardent
De deux clefs de Sol
Aux anneaux d'argent
En voyage avec les Bémols
Sur une planète
Mi-lumière mi-obsolète

Transfusion d'un funambule
Bien ancré dans sa bulle
Les oiseaux planent
Sans aéro plane
Over the clouds diaphanes
Boules ouatées en ridules
De rose cellophane

Un antre un entracte
Un phare trop opaque
Et une similitude de pactes
Non captés par ce renégas
Bien-aimé en volée bas
Comme ces canards
En partance pour l'autre bord

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.


Dernière édition par le Mer 6 Déc - 17:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Un PHARE SO Far   Mer 6 Déc - 6:32

Un Phare So Far

So so far ce phare
Je le vois pourtant
Plus loin là droit devant
So so far ce phare
Loin de la mare

Je m'y approche lentement
Un jour à la fois
En escaladant la Foi
Sans trop de tourment
Mais un peu maladroitement
Priant pour ma vie en tournant

Comme un automate
En plein entracte
Dans un cul-de jatte
Je me me secoue
Entre deux scoubidous
Hey! Me voyez-vous?

Le Jazz so lazy me rejase
De mes anciennes phrases
Je m'y reconnais maigrelet
Entre deux tercets

So far away ce phare
Et pourtant je m'y suis vu
Il y a cent ans ou plus
Les cheveux clairs épars
Les yeux heureux et l'âme à nue

So far so near ce phare
Me fait plusieurs signes
Avec ses rouges feux
En forme de blanc cygne

So so near ce phare
At last enfin prêt
De m'y rendre sot so près
Voilà j'y suis pour toi exprès
Sans la peur du retard
It was so so far ce phare

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: BATAILLE ET RIPAILLE   Mer 6 Déc - 22:43

BATAILLE ET RIPAILLE

( à toi toujours ma Zoé)

Louange-moi¸
Bataille-moi
Griffaille-moi
Sur le jaune de la paille
En souvenir humorisés
De nos ripailles
Sucrées salées
Du don de soi
En soupape voilée

Joue-moi so low
Aussi heavy que Chicago
À fleur de nos peaux
Ces vieux jeux aqua d'eau
En quatre temps
à contre temps
Battons la mesure
En immense démesure
À faire craquer la toîture

Ce morceau so slow
De ton nord-est de tempo
Cette catharsis aristotélicienne
Méditéranéenne ou Amérindienne
Trifluvienne avec antennes
J'me perds avec ces mots
Bordéliques aristocratiques
En raz-de marée alpha
En groove d'harmonica
Méphisto beta organza gamma

Batifole-moi en symphonisme
Jusqu'au paroysme avant-gardiste
De nos concerts orgasmiques
Entre-deux pauses survolant l'érotisme
Oubliant les chamailles hystériques
Balayant d'une note les anachronismes
De ces soli bourrés d'anarchisme
Ultra cold maso-féministe
Jusqu'au masculin cacaphoniste


Mi Ré Fa Ré
Sans stopper! Feu!
A big hunk quoi!
Les yeux bleutés
Mi langoureux
Mi narquois
Tu piges alors rédige
Ou tu figes avec ta tige
Mi RÉ Fa
Zoé allez familiarise-toi!

Rejoue- moi
Ces émois en solo
Avec bémols de toi
En piano et en saxo
Guitare au dos
En exequo de bandouille
Allez presto dérouille
Nous avons la répète en bâteau!
Viens j'ai ce qu'il te faut
Un résonnateur et un tonneau
Hé' Résonne-toi
Dun ton plus haut
Ou plus bas que le Do
Oui juste plus bas allez fais le saut!

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Apostrophe Et Ponctuation   Ven 22 Déc - 2:39

Apostrophe

En catastrophe
se place l'apostrophe
dans un but énergique
apostrophique
lier un mot mystique

Angéliquement
se pose les trémas
sur un mot extra
et angélique
littérairement

La dive virgule
se place ici et là
lorsque la phrase circule
par çi par là oh! La!
pour mieux inspirer et halte là!
Un peu à la façon d'un cobra


Un petit tiret
pourtant discret
avant un point d'exclamation
en vue d'ondes feu-follet
brisant ainsi la loi du lacet
et sans aucune friction ou mention
les trois petits points font le point

Lascivement une majuscule
se tortille près d'une minuscule
en voie de devenir italique
à en perdre la rotule
nul doute la ponctutation est magique

Suscintement la parenthèse
se gonfle d'orgueil
comme les guillemets en coq l'oeil
à en faire rougir la blanche feuille
sur son socle entouré de cerfeuil
vers l'épilogue d'une mini-thèse

Et le point virgule
sait sans rechigner expliciter
sans trop nigaudement forcer
la note se frotte et renote en hercule
la signification exacte du mot renoncule

Et doucement sans sourire
le sérieux point d'exclamation
saura épater la Galerie Zèbryons
à faire torsader les embryons du rond point
sans aucune autre notification ou delta-rire
épiloguons ici à la ligne un final point

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Reviens Zoé   Jeu 11 Jan - 23:46

Reviens Zoé

Trop longtemps
Sans toi Zoé
Je me perds
En janvier
Sur ce clavier
Loin à Mont-Laurier
Reviens allez viens Zoé
Tes chevreux ambrés
Ta taille cambrée
Tes menottes veloutées

Me font en extase sombrer
Dans un sensuel rêve
Oui j'te prends
Sans trêves
À crier grâce mon angélique
Mon coeur s'élève
Entre la musique
Et toi je t'appelle viens Zoé
Nous serons deux mon aimée
Pour l'hiver affronter
Les vilaines giboulées
Aux froids et difficiles débuts d'année



En tournée musicale depuis le 23 décembre j'étais, je reviens, dans mes bras je vais te serrer...

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Trop Tard   Ven 19 Jan - 19:17

Trop Tard

Me v'la trop tard
Zoé s'est barrée
Sans crier gare
Sur l'autre rive in Ohio
Ou bedon dans l'nord so far
Ou ben dans l'sud plus haut
J'suis lividement hagard
Avec mon saxo dans l'dos
J'me sens vide de sang
Ça pas d'bon sens
J'gare ma citroën
Près de l'arrière scène
Trop calme je suis sans faire de scène
Car j'me croyais son éternel mécène
Top là! J'craque
V'la une arnaque
J'en reviens pas d'ce départ

Trop longtemps parti
J'la ressentais à moi pour la vie
Elle a fait demi tour
Et s'est arrêtée au P'tit bar
Sans même apporter son fard
Et son blue köal ultra rare
Elle est sortie comme un furet
Sortant du bois un jour de pluie
On m'la dit au Faubourg
J'y suis entré comme un robot sans blouse
J'me suis assis nothin' to loose
Y avait un band j'ai gobé d'la booze
Impossible de noyer c'chagrin
J'l'ai simplement arroser d'un double
Ça m'a fait zieuter trouble
Le son heureusement était bon
La musique c'est un hyperlien
Vers la guérison
On y jouait du slow Blues
C'était Câline de Blues
Du grand Gerry Boulet
Ça m'a foutu l'cafard d'un trait
Et en même temps
Ça m'a rebomber d'amour
Pour écrire un refrain court
Sur un vieux papier d'un jet

Trop tard hélas
Alors adio ma Zoé
Faut que j'me tasse
Avant que ça brasse
De trop dans mon ciboulot
Y faut que j'boive un pot
T'es plus là hé hé hé
C'est un cauchemar dis-moi
Que c'est pas vrai c'te départ
Moi j'revenais avec un anneau
Pour ton annulaire si beau
Car dans mon coeur
T'as une place de choix
Zoé allez fais pas la gueule
Reviens-moi reviens-moi
Désormais j't'emmènerai
Partout en tournée
Au diable el mondo
Ce qu'il peut penser
Après tout c'est toi ma muse-clé
Ma genius de petite fée
Mon copain et ma réalité
Ma lovely viens tu ne seras plus seule




[b]"Le Blues, ca ne s'apprend pas dans les livres"
(John Lee Hooker)

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Solitaire   Jeu 25 Jan - 10:08

Solitaire

Dans mon antre
Je reviens
Transformé j'entre
Dans ma bulle
Comme un vaurien
Je me ressens moins que rien

Je suis passé
À côté
De l'amour
Bien à côté
Puisque Zoé
Ma belle glamour
Est a cents lieues
Sans retour
Folle culpabilité

La clope étouffe
Autant que l'angoisse
Alors je n'ai point refumer
Et mon souffle
Est moins essoufflé
Une victoire de classe
Pour mon big Moi
Ultra blessé
Du départ animalier
De ma panthère rousse
Zoé la douce
Une peine d'orgueil
Voilà l'écueil


'' L'esprit de l'homme est comme un parachute; il fonctionne bien seulement lorsqu'il est pleinement ouvert''. (source anonyme).

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Solidaire Calvaire   Lun 5 Fév - 16:34

Solidaire Calvaire

Seul avec mon sax
J'me refile un crucifiant cafard
D'axe en axe
J'me reconnecte aux arts
Le Do reclaque et me refax
Son Ré tension me zappe
Et me stimule la Sol de clef
Quelle solidaire claque
Matter of fact
La musique et Zoé
Voilà my own destiny Hé! Hé! Hé!

La liberté qu'est ce que c'est?
Je glauque all alone
Serais- je un clone
À la voix rauque
Dans ce tourbillon glauque
En cet espace infâme
Je me repâme
Et dans une barque
Aux arnaques qui craque
Je rame avec une lame difforme
En apothéose de flammes
En somme je me réforme

Zoé flotte comme une marmotte
Au-dessus du lit
Et bizarrement elle me surplombe
Et alors le torse me bombe
Au fol survol de son ombre
J'imagine ses petits seins poires
Aux boutons marrons hors normes
Je m'étire et me marre
Quelle balaffre sur mon égo rare
En ce mémorable soir
Aux enlacements mauves sombres
J'hallucine électrifié dans un état noir
Une trop longue allée de hauts cyprès

La voix Blues de Zoé
Résonne détone résonne
Comme une trombone
Aux faux airs d'un bel automne
Au centre de ma Sorbone
J'me surprends à prier
Les j'noux pliés
Comme en piété
Et face contre terre
Oubliant my self pity*
Je crie au Père une liberté
En lui mandatant dans ma prière
Sans trop souffrir je me repère
Vers une possible libération
Dégonflant ainsi mon usuelle immaturité

La liberté c'est y une notariété
Ou un diplôme d'excentricité
Je délire des incommensurables
Paroles vides de sens de fables
Jr capitule j'me mets à table
Y a rien de gratuit
Mon papa m'la dit
Je crache du sable
J'ai des sueurs froides
Et chaudes à satiété

Because j'me désintoxique
Sans la complicité
Des autres en acuité
Seul sans escorte enigmatique
Un port graphique est né
Une lumière bleue unique
M'enveloppe l'âme sans simagrés
Et le corpus me pique
Sans artificiels paradis sataniques
Bourrés de mosaïques calligraphiques
Démographiquement roides


La blonde cunégonde en broue gît
Inerte hébétée sur le parvis
Non déballée en double rangée stylisée
En douze identiques copies
Depuis au moins six nuits
De la boire nulle envie
Étrangement sans arrêt depuis
J'écris sans trop d'ennui
Ou maux de coeur
Aux points de fuite inédits
En sursis l'ariane de fil se suit
Je pleure je m'épis souris et ris
J'enregistre mes soli de clapotis

Et Pater Noster*** je remercie
Car le pire est désormais cuit
Avec les carottes en nouvel appétit
Je revis libéré de mes araignées
Désalignées et déstabilisées
Au dedans de ma ligne de vie
C'est t'y ça la vraie liberté?
J'me réponds Oui
Le fugitif est enfin né
Et asteur***essaie de la conserver
À long terme cette sobriété
En étant heureux sans maugréer
Juger ou jalouser les autres en voie de consommer
Leurs peurs ou leur mal de vivre refoulé




*- Self pity (anglais): apitoiement
** Pater Noster (latin): notre père
*** Asteure: Dialecte québécois: dès l'heure ou maintenant

Je dédicace ce poème social à mon oncle Yvon S. décédé des suites de l'alcoolisme en 1991; un ingénieur intelligent qui n'a pas eu la chance de comprendre ce mal de l'âme qui sournoisement et insidieusement a su le mener aux douloureux syndromes de Korssakoff ainsi qu'aux Delerium Tremens* souvent galvaudés et ridiculisés à tort; maladie mortelle, insidieuse, lente et progressive, l'alcoolisme n'a pas de distinction envers l'âge, le rang social ou l'intelligence de l'individu atteint.

* Delerium Tremens: (latin) Délires avec agitation de l'âme.

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: L'Aurore   Sam 17 Fév - 2:36

L'Aurore

L'aurore me redonne
Le goût de toi
Reviens-moi
Et pardonne
Mes secousses
Aux mille frousses
Je me languis de ta frimousse

Dans la chambre
Tes dentelles
T'attendent ma belle
Couleur vieil ambre
Sera les nouvelles
Courtes ou longues pointes
Pour réchauffer nos craintes

Sois certaine Zoé
Que notre chez soi
T'accueillera cet été
En Blues rengaines
Pour toi j'ai cueilli cherry
Des primevères
Au bord de la rivière
Près du pont levis
Où nos mains se sont unies

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Un Grand Trou   Mer 21 Fév - 14:50

Un Grand Trou

Un grand vide
Un grand trou
Sans alcool je vis
Depuis dix jours longs
Sensation d'abandon
Un peu livide
L’impatience se lit
Sur mon front
Il me manque mon gourou

À long terme je pense
Pas si facile à gérer
Une grande tristesse m'envahit
Signe d'une colère refoulée
Ceux que j'aime je veux blesser
Mon égocentrisme resurgit
De prier j'oublie
Que seul je vais désespérer

Et ce vide immense
Ce rand trou inouï
Je dois le combler de lui
Ce Dieu de puissance
Saura régénérer ma vie
À nouveau je l'implore
D'extirper le goût et l'obsession
De cet alcool bouffeur de raison
Et d'amour sain en oraison

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Déconnexion Des Psychotropes   Mar 27 Fév - 1:10

Déconnexion des Psychotropes

Suppression du faux-vrai
Totale-Déconnexion
Balivernes en retrait
Mystère ou rejet

La jonction belle se fait
Mais le faux-fil se défait
Ma tête se ré éclate
En migraine saine à forme plate

Soixante courts jours
Sans aucun amour
Soixante nuits à nu
Sans bachus le grand cru

Je me remets me remets
Slowly doucement en question
Et en hyper sons
De musique ultrason

Je re prie le manitou l'esprit
De mes années
Tendres de piété
Eh oui le monde je revis

Sans aucun artifice
Je redoute même le dentifrice
Au brio trop blanc de fluorure
Qui atrophie de l'âme la dorure

Déconnexion des psychotropes
Beta alpha gama amorphe
Je fus pour trois décennies
Adieu les angoisses d'érudit

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Point De Fuite   Mer 21 Mar - 18:18

Point De Fuite

Un point de fuite des cieux
Du bleu firmament à la mer verte
Émergeant des étoiles certes
Du Soleil Levant à la Pierre Bleue
Bruissement étrange d'ailes
Déploiement grandiose d'elle
Et de lui en émerveillement
Journée première de printemps
D'espérance à contre vent
Des hebdomadaires contretemps
Sur une blanche note forte aux décibels
En légers desseins vermicelles
Le point de fuite d'une partition s'ébruite

Un point de fuite hallucinant
De toi à moi le rebelle et la belle
Magie s'élargit et flotte dans l'air
L'odeur des pommes cuites
Le sax résonne près du fanal
Un de ces Blues pas banal
Aux couleurs marbrées arc-en-ciel
En notes bleues elles se renotent
Mixant ainsi les violons aux guitares
La tambourine slowly se réanime
Tout de go légitime et sans frime
Rebondissement sur la pierre
Une vraie musicale éponge de sons repaire
Ayant en souvenance immense
Le point de repère sans vipère
D'une Rivière Aux Hirondelles
Du déjà peint il y a longtemps
Je retrouve mes jeux d'enfant
En toi je vis un second balbutiement

Un point expéditif de fuite
En forme de signe de croix
Une froide eau bénite
Sur un intrinsèque divin plan
Longeant en S sans cesse le papier aquarelle
Une palette sans frousse en coeur magenta
Et je me reprends haletant entre deux lavis
Jusqu'au suintement des pigments
La jouissance des deux sens est intense
Car le sujet latent se précise lentement
Le point de fuite s'élargit et redanse
L'amour authentique sait prendre son temps

Des cascades de mots en déferlement
Retenus au-dedans depuis cent ans
J'étale lentement mes pas
Un à un avançant vers toi
Avec cette plume sans enclume
Sans la diantre peur de ça et là
D'écrire mon âme en flammes
Viscéralement j'écris je revis et je hume
Positivement et point de fuite
Il n'y aura de moi à toi
Et vice versa en renversement
Car l'amour et la musique seront Loi
Augmentant jour par jour notre foi
En ce Dieu invisible à l'oeil nu mais présent

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Un Appel   Jeu 3 Mai - 14:10

Un Appel

Une furieuse urgence de vivre
Comme un jeune enfant
Sans artificielles paroles ivres
Un appel stupéfiant
À ce Dieu en moi vivant
À l'écoute du cri vibrant
De ce coeur gonflé de peurs
M'aidant sans arnaqueà revivre
Sans vils et rampants faux-fuyants
En cette nature belle et pure
Je m'apprivoise et m'enivre
De soleil de mer et de vent

J'écoute et je respire
Sans orgueil aux jeux atrophiants
Au son d'une ancienne lyre
À huit cordes avec anémones
Couleurs bleues et mauves
Et un saxophone joyeux en délire
Bluesant Swignant Jazzant
Allègrement résonne
Avec redondance suave
Ton nom de bohémienne fauve
Aux yeux magnifiquement francs
Sans beaux détours déstabilisants

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: SURRENDER   Mer 16 Mai - 13:53

SURRENDER
CAPITULATION


Bon enfant
Pas trop arrogant
Je capitule
Sans ridule
Sans virgule
Mais je respire
Le meilleur et le pire
De cette vie de satyre*
Comédie ou drame
Je m'enflamme
Impulsif je m'exclame
Ou je me pâme
Devant l'instable
Et magistrale flamme
Habitant mon âme
Depuis ce radical
Changement interminal
Via mon coeur de chacal
En perpétuels branle-bas
D'inutiles combats
Outrepassant le mistral
Mon balluchon rond et les ans
De mon saxophone
À la tune aux ondes d'antan...



* Satyre: http://www.cesar.org.uk/cesar2/books/laporte/view.php?index=202

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Les Mots   Mer 23 Mai - 11:34

Les Mots

Tous ces maux
Amenuisés ou biffés
Par les damnés mots
Refoulés et déblatérés
Sans trop songer
Au coeur du déferlement
De cours d'eau en cours d'eau
Avec le coeur gros

Mots de désolation en coulée
Lâchement échappés en folle volée
Panier de mots oblitérés
En ivresse mentale étalée
Sans le souci de se demander
Le pourquoi de ces futilités
En flèches acerbes pointées
Vers une amitié d'amour en montée


Les mots corrosifs dits à tort
N'ont aucun ressort
Sur les élans des coeurs morts
Mais font mal au dedans
Des amants bien vivants
En synchronismes aimants
En latence de cadence
Se collant au tournant de la danse
D'un nouveau soleil se levant
Sans la peur des méchants
Peut-être inexistants

Histoire banale de saisir
Le meilleur du pire
De nous toi belle saphir
Pierre bleue de mes délires
De nous deux belle Cloé-Zoé
Sans cachoterie d'exodus
Ou vilaine escroquerie
Pouvant nous blesser
Au-dedans de nos corpus
En orgasmiques jouissances en chorus
Et nos déjeuners à l'eucalyptus de miel
En oubli des goûts de fiel
Sur nos coups de griffes vermeilles

Deux âmes tendres écorchés
À vif sur le vif aux allures délurées
Au centuple de volupté
À devenir ensemble meilleur au-dedans
Sans trébucher ou redonder
Aux quatre vents
Toutes nos erreurs passées
En parachute blanc projetées
Ces erratum seront à jamais éjectées
Pour dans la mer verte se noyer

Et nous sans rougir ou prêcher
Ce don de la foi pour bouclier
Sans oublier de pardonner
Ces mots à la centaine de maux dramatisés
Par deux têtes de pioches entêtées
Avec le temps savoir accepter
De voir se faner la mauve orchidée
Pour mieux la voir renaître au second été

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Deux chevreuils   Mar 5 Juin - 22:10

Deux chevreuils

Trois lièvres près des feuilles
Deux chevreuils
À la queue blanche
Quelle planche!

L'eau du bain au romarin
Sur tes épaules et tes reins
Tes prunelles en milles étincelles
Me font des signes éternels

Ta main belle dans la mienne
Et nos cœurs purs en accords
De lumineux Blues en chaîne
Parsemant le décor du nord

Une muette promesse
De passer l'éponge
Sans feinte ni détresse
Et nous touchons l'extase
Au milieu des sans phrases
une rêverie aux mille accords
Pour redonner le ton à ce songe


Et l'orgasmique prélude
S'attarde en clameurs
Balayant toutes peurs
Et ses suites en vapeurs
Jusqu'à l'épilogue allongé en langueur

_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Libellules   Mar 7 Aoû - 14:37

Libellules

Remise à l'heure juste des pendules
Des grenouilles en marais
Et des libellules aux ailes vertes de craie
Ajoutant à leur fabuleuses farandoles
Une romantique danse acrobatique
Près des rouges lucioles fantastiques
Sans peur des brunes tarentules

Les crapauds chantent aux grenouilles
Leurs histoires d'eau avec quenouilles
Un plongeon dans la mare aux pigeons
Et hop les voilà en accordéon
En accord de multiples façons
Tordues en hameçon de Besançon
Croassant tout bas des ancêtres morts au front

Les corbeaux bleu-noir pullulent
Jalousant sans aucun scrupule
Ce mois d'août en redoux
Ces batraciens s'aimant comme des fous
Parmi les ronces et les chardons
Aux magnifiques fleurs bleuets-bleues
À l'effigie de leurs yeux trop amoureux





_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.


Dernière édition par fugitif le Jeu 20 Mar - 15:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Poussières de Lune   Ven 10 Aoû - 15:48

Poussière de Lune

Parcelle étoilée
J'me suis miré
sans songer
Dans cette lune
Enpoussiérée
Un dimanche d'été

Viens me raconter
Tes idées endimanchées
Sans oser ces préambules
Déracinés et outrepassés
Visant à percer ta bulle
Sans demander
À ma Zoé la partition des Deux Dés










_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.


Dernière édition par fugitif le Jeu 20 Mar - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Deux Dés   Ven 10 Aoû - 16:13

Deux Dés

Un ouragan entreprenant
Failli noyer cette compo
Une partition sur un piano
Une lampée bleutée
Sur ton faciès
Et je renoue en Fa Dièse
Sur avec sax décontenancé
Un chiffon blanc dentelé
Bête à rebrailler bien débrailler
Ouais une histoire un peu cinglée

Deux dés quasi outrepassés
Sans véritable origines
Se sont un jour croisés
Entre une protocolaire soirée
Et un herboriste séché de déjeuner
À la multiflore naturalisée jersey
Avec dentelles et jarretelles fines

Deux dés notés Ré
Près d'un lac non habité
Un solo de saxophone
Aux idées ensiéclées
Sans téléphone qui résonne
Et brise derechef le big fun
Et pleure pleure les nuages à satiété
Sur ton imper mauve perméabilisé








_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.


Dernière édition par fugitif le Mar 16 Sep - 16:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Satin en Câlin de Salin   Lun 13 Aoû - 16:04

Satin de Salin

Iode salins d'ondine
En câlins de satin d'odes divines
Parchemins et par vaux
Tours de décibels
En montées de décibels
Le sax résonne et grêle
Ces lointains Blues et vieuz Jazz
Des années aux gens razz
Son pays de froidure frêle
Elle semble et pourtant au piano forte
Elle sait déjouer les jeux adagio
Des mesquins marrons de requins
Aux dents de scies en ancre fins dessins
Notes noires en petites menottes
Et renottant les croches d' hiers
En grelotant la muse se frotte
À sa veste À carreaux aux rebords
Chauds et la musique des vertes eaux
Camoufle tout ignorant les tribords
Des bémols de sabord où les primevères
En ascendance des rivières
Où elle si petite vécut blanche et fière
Sans songer qu'un jour la mer
Serait un paysage avec bruyère
Sur son petit coeur trop grand en verre
De non sonnets anarchisant vainement les vers
Bien envers et contre tout courant nouveau coulant vers...











La poésie dérange car elle transforme l'humain de jour en jour libérant ainsi son âme de certaines interférences dues aux refoulements de l'enfance amalgamée aux années. (Extrait de Fugitif en Riff: Auteur de Fugitif un jour, Fugitif Toujours page 12)
----------------------------------------------------------------------------
Selon Mallarmé

... « La Poésie est l'expression, par le langage humain ramené à son rythme essentiel, du sens mystérieux des aspects de l'existence : elle doue ainsi d'authenticité notre séjour et constitue la seule tâche spirituelle. »

« (...) Qui parle autrement que tout le monde risque de ne pas plaire à tous ; mieux, de passer pour obscur aux yeux de beaucoup. (...) L'attrait de cette poésie tient à ce qu'elle est vécue comme un privilège spirituel : elle semble élever au plus haut degré de qualité, moyennant l'exclusion de la foule profane, cette pure joie de (Selon Mallarmé, Paul Bénichou, l'esprit que toute poésie promet. Galli mard, 1995). »
[b]








_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.


Dernière édition par fugitif le Jeu 20 Mar - 16:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
fugitif

avatar

Nombre de messages : 115
Age : 67
Localisation : Québec- Mont-Laurier- Laurentides - Paris- France
Date d'inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Flamme M'Dame   Mar 4 Sep - 22:54

Flamme M'Dame brune


Mystérieuse sans fard et blanche flamme
Barque à roll rocquante sans reel rame
J'me noierai avec ou sans toi et toît
Ma dame de pique coeur douce Toi
Sauras-tu entendre les notes du Blues en surcroît

Ma Zoée folle des âtres carmines
Cuisse Folâtre dâme soeur
Vibrante fleur bleue d'extase
J'enflamme et me souspâme
Entre deux hot & slow Jazz
Et mon sax noir et or s'étonne connard en rumeur

Aux murmures boulimiques des notes
Claires adagio forte sourdes
J'oublie les bémols d'ouate molle qui flotte
Triple ou molto soupirs de l'aorte
Je termine en sourdine pour vous brune M'Dame





_________________

J'écris et je joue du saxophone car ma vie est une partie de musique, de mots, j'ai opté pour une vie saine où il y a moins de déveine qui brûle les veines et j'aime Louis Armstrong.

Tous les poèmes de Fugitif sont des Droits réservés.


Dernière édition par fugitif le Jeu 20 Mar - 16:15, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Temps mort   

Revenir en haut Aller en bas
 
Temps mort
Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Poésie en totale Liberté :: écriture :: Poésie :: Poésie en liberté-
Sauter vers: